Accueil / Luttes sociales / 26 janvier : fonctionnaires et enseignants en grève

26 janvier : fonctionnaires et enseignants en grève

Le 26 janvier, les enseignants des collèges et les fonctionnaires sont appelés à la grève par les quatre syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires. En Loire-Atlantique les unions départementales de ces quatre syndicats ont publié une déclaration soutenant cette mobilisation. En publiant ci-dessous cette déclaration suivi d e l’appel départemental des syndicats de fonctionnaires de Loire Atlantique, Ensemble! affirme son engament et son soutien à cette journée syndicale de grève et de manifestations et invite les habitant-es à se joindre aux manifestations unitaires  à 10h devant la Préfecture de Nantes et devant la sous-Préfecture de Saint Nazaire.

Déclaration des UD CGT, Cgt-FO, FSU et Solidaires de Loire-Atlantique

Les Unions Départementales CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU de Loire-Atlantique soutiennent l’appel à la grève décidée par les organisations de fonctionnaires et enseignantes des collèges le 26 janvier prochain, contre les réformes régressives et le pacte de stabilité qui mettent en danger l’existence même des services publics, pour l’augmentation des rémunérations indiciaires.

Elles partagent totalement l’analyse et les revendications du « communiqué commun fonction publique de Loire-Atlantique » publié pour préparer la grève et les manifestations.

L’offensive du gouvernement contre les services publics et les fonctionnaires touchent également de plein fouet les salariés du secteur privé, les retraités, les jeunes et les privés d’emploi.

A titre d’exemples, le patronat exige de limiter le code du travail à un ensemble de « principes fondamentaux » permettant de réduire le niveau des garanties collectives … et le gouvernement s’exécute ! Il exige le recul du départ à la retraite d’un an pour bénéficier d’une retraite complémentaire à taux plein … et obtient le soutien du gouvernement !
Et pendant ce temps, dopés par les 41 milliards d’€ du pacte de responsabilité, les bénéfices augmentent considérablement. Ainsi, les actionnaires du CAC 40 ont reçu 56 milliards d’€ en 2015 !
Résultat : la croissance est en berne, le pouvoir d’achat également, le chômage explose. Ceci n’est pas acceptable !La proclamation de l’État d’urgence, utilisée pour bloquer l’expression des revendications, non plus !
Dans ces conditions, la grève du 26 janvier dans la fonction publique est un élément important du rapport de force que nous devons construire pour porter un coup d’arrêt aux mesures prises contre les conquêtes ouvrières. Elle prépare les conditions du « tous ensemble public-privé » qui permettra de faire aboutir nos revendications.
Les intérêts des salariés du privé comme du public, des retraités comme des privés d’emplois sont étroitement liés.C’est la raison pour laquelle, les Unions Départementales CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU de Loire- Atlantique invitent les salariés du secteur privé, les retraités et les privés d’emplois à rejoindre les manifestations à Nantes et à St Nazaire.
Elles invitent ses syndicats et sections du privé à participer aux manifestations (délégations) et quand les conditions sont réunies, sur la base de revendications propres à leur secteur (augmentations salariales…), à organiser des débrayages le 26 janvier.
Communiqué commun fonction publique Loire-Atlantique CGT, FO, FSU, Solidaires
• Augmenter les salaires et pensions avec réévaluation réelle du point d’indice
• OUI à un service public de qualité
• NON aux régressions programmées (collèges, santé…) et à une réforme territoriale héritière de la RGPP

Les organisations syndicales CGT, Cgt-FO, SOLIDAIRES et FSU de la Fonction publique estiment que si la négociation salariale qu’elles réclament depuis plusieurs années est bien confirmée pour le mois de février,elle ne se présente pas dans de bonnes conditions.

En effet, en faisant adopter une loi de finances et une loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 avec quasiment aucune marge de manœuvre pour une augmentation générale des traitements, le gouvernement annonce la couleur : la politique d’austérité continue….et ce n’est pas la nôtre !

De surcroît, les déclarations se multiplient sur les difficultés de la relance, une croissance toujours en berne,qui laissent très mal augurer de ce rendez-vous salarial. S’ajoutent à cela, la poursuite à une vitesse effrénée et sans réelle négociation, de nombreuses contre-réformes : collèges, territoriale, santé…

Contrairement aux affirmations gouvernementales ces réformes régressives aggraveront toujours plus la qualité des services rendus aux citoyens et les conditions de travail des personnels. La répétition de telles mesures rétrogrades détériore les relations sociales.

La proclamation de l’Etat d’urgence est utilisée pour bloquer, à la discrétion des pouvoirs préfectoraux et au gré des injonctions locales, l’expression des revendications, dont celles des salariés, des retraités et privés d’emploi. De nombreux secteurs de la Fonction publique, pourtant essentiels à la redistribution sociale et économique, restent confrontés à des sous-effectifs absolument insupportables.

L’affirmation d’améliorer les services publics de proximité, via la loi NOTRe, n’est qu’un enfumage dans les faits pour réorganiser des compétences publiques. Elle sert principalement les intérêts des entreprises au détriment de l’intérêt général.

C’est pourquoi,les organisationssyndicale sCGT, Cgt-FO, SOLIDAIRES et FSU de Loire-Atlantique appellent à la grève ce 26 janvier et à manifester pour:

• une augmentation immédiate de la valeur du point d’indice de 8% minimum prenant en compte l’inflation subiedepuis2010,
• des mesures générales permettant de compenser les pertes de pouvoir d’achat allant bien au-delà des miettes et chantages organisés autour du « PPCR »,
• maintien du statut général et des statuts particuliers des fonctions publiques,
• le développement de l’emploi public statutaire par des créations nettes dans les trois versants de la fonction publique,
• des moyens financiers à la hauteur des besoins du service public,
• la défense d’un service public de proximité garant de la cohésion sociale.

Cette journée est organisée conjointement avec les personnels des collèges pour l’abrogation de cette réforme. Elle relève d’un véritable enjeu de société,et vise notamment à réduire la dépense publique. Elle ouvre la voie aux ségrégations sociales au lieu d’assurer les conditions de l’émancipation pour tous par la connaissance et l’ouverture aux savoirs.

Nous vous invitons à vous rassembler et manifester unitairement le 26 janvier à 10h à Nantes devant la Préfecture St Nazaire devant la Sous-Préfecture.

Nantes, le 14 janvier 2016