Accueil / Actualites / Bilan des sénatoriales en Finistère (29) du Front de Gauche

Bilan des sénatoriales en Finistère (29) du Front de Gauche

Les militants FDG candidats sur la liste aux sénatoriales :

Ismaël Dupont Collectif FDG Morlaix PCF-FDG

Véronique Blanchet collectif FDG pays Bigouden PCF-FDG

Paul Quemener Collectif FDG centre-Finistère, Maire de Berrien

Christine Panaget Ensemble ! Brest

Michel Le Goff Collectif FDG Bannalec, PCF-FDG

Noëlle Péoc’h Collectif FDG Centre-Finistère  La liste était soutenue par des collectifs locaux FDG du Finistère, Ensemble Finistère !, des sections locales communistes, des militants du PG.

La liste n’avait pas reçu le soutien de la Fédération PCF 29, du PG 29.

Bilan des sénatoriales par Ismaël Dupont

2 élus socialistes, 1 UMP, 1 UDI : le PS perd des voix, conséquence des dernières municipales, et des 2 ans et demi de politique gouvernementale, des baisses de dotations aux communes, mais limite la casse dans le Finistère, avec un brin de réussite (un seul élu au premier tour de scrutin). L’UDI a fait une belle campagne pour obtenir un sénateur, conséquence aussi d’un certain ressentiment et d’une défiance des élus de droite et du centre devant l’UMP. La progression du vote FN chez les élus (31 voix contre 2 lors des dernières sénatoriales) a pu faire perdre une place à l’UMP et à Agnès Le Brun. Troadec fait un score très en-deçà de ses attentes et de ses prétentions, en dessous du score réalisé lors des dernières sénatoriales. Nous n’y sommes pas pour rien, je pense : il est amusant de le voir expliquer son échec par un « éclatement des listes à gauche » comme s’il représentait sans conteste la vraie gauche.

Nouveau Souffle : 13 voix

FN : 31 voix – 1,38 %

UDB : 38 voix – 1,69 %

« Finistère à gauche toute. Rassembler contre l’austérité » : 84 voix -3,75 %

EELV : 99 voix – 4,42 %

Troadec : 123 voix – 5,49 %

UDI : 401 voix – 17,90 %

UMP : 668 voix – 29,83 %

PS : 782 voix – 34,9 %

Notre liste composée de militants et élus Front de Gauche a obtenu un résultat non négligeable, pas ridicule du tout, bien supérieur à ce que certains au PG annonçaient en dernière coordination départementale (entre 0,5 % et 1 %: c’était parait-il, inéluctable … sans le soutien de la direction départementale du PCF et de la plupart des grands électeurs proches du PCF dans la région brestoise et à Brest).

Au vu de la présence de toutes les forces politiques à cette élection sénatoriale du 28 septembre dans la Finistère, et notamment du FN et de Troadec, au vu de la gravité de la politique anti-sociale et de remise en cause des moyens financiers et des attributions des communes, des conséquences de la réforme territoriale menée par le pouvoir socialiste, cela aurait été une erreur politique de ne pas aller « à la bagarre », de ne pas offrir de choix aux élus qui partagent l’essentiel de nos idées, de ne pas continuer à installer le Front de Gauche dans le paysage politique départemental.

Nos élus ne l’auraient pas compris ! Les citoyens qui s’intéressent un peu aux sénatoriales et ont de la sympathie pour nos idées non plus.

Je remercie chaleureusement tous les camarades de la coordination départementale du Front de Gauche qui ont soutenu la constitution de cette liste défendant les orientations du Front de Gauche, tous ceux qui ont participé à la campagne et nous ont encouragé, et les 5 autres candidats, Véronique Blanchet, Paul Quemener, Christine Panaget, Michel Le Goff et Noëlle Péoc’h, qui par leur engagement et le crédit dont ils jouissent ont contribué à faire obtenir à la liste « Finistère à gauche toute » un résultat très honorable dans des conditions très difficiles.

Ce résultat nous donne raison : sans nous autoriser à pavoiser, et pour cause…, il témoigne en creux ce que nous aurions pu faire en ayant un mois de plus de campagne de proximité pour nous, en avançant unis, avec la direction du PCF, avec celle du PG, dans cette élection : atteindre probablement les 5 % dans cette élection difficile pour nous, compte tenu des dernières municipales notamment et du bipartisme institutionnalisé du fait de l’absence de véritable proportionnelle aux élections locales. Talonner ou égaler Troadec et dépasser EELV.

Déjà, nous avons plus que multiplié par deux dans les voix que nous avons recueilli notre base électorale d’élus apparentés FDG et connus comme tels.

Cela montre que notre candidature a été comprise, et que beaucoup de grands électeurs qui ont reçu des courriers et des coups de fil, jusqu’à la veille du scrutin, notamment de la direction départementale du PCF (qui appelait à mots à peine voilés, à voter PS pour « battre la droite » ou à s’abstenir car pour eux « il n’y avait pas de liste Front de Gauche, pas de liste PCF »), ont fait le choix de la cohérence et de la lucidité contre celui du huisme, du sectarisme et de la défense des intérêts personnels de certains élus qui préparent déjà les régionales et les cantonales en voulant rester sur le porte-bagage du PS.

Pour autant, cette situation n’a pas été satisfaisante. Elle a été ressentie violemment même par les candidats : d’avoir à batailler avec des partis du Front de Gauche pour pouvoir exprimer dans l’espace public les orientations du Front de Gauche et donner une alternative réelle aux élus qui ont des idées semblables, c’est un paradoxe, surtout dans la situation du pays, avec la montée du FN et du discrédit de la politique.

Quand on nous a accusé au PG de délaisser la lutte des classes pour « la lutte des places », de fouler au pied la coordination du Front de Gauche, c’était proprement mensonger et aberrant.

S’il faut attendre un improbable consensus avec l’actuelle direction fédérale du PCF pour pouvoir engager une démarche Front de Gauche aux élections ou dans les actions militantes, la constitution de collectifs locaux, il est à craindre qu’on ne pourra pas progresser, gagner de la crédibilité et se développer.

Les absents n’ont pas toujours tort peut-être, mais là, c’est clairement le cas.

Sur le plan de la légitimité « Front de Gauche », cette liste aux sénatoriales n’avait pas à rougir ni à recevoir de leçons de quiconque : outre le fait que nous étions convaincus qu’elle était de l’intérêt de notre mouvement et de sa crédibilité, deux orientations de la coordination départementale tendaient à l’approuver (la première en juillet à l’unanimité, la seconde à la majorité, sans le PG), les candidats qui composaient la liste ont tous cherché à développer le FDG sur des bases claires et sans ambiguïté dans les territoires où ils militent, ont déjà été candidats du FDG aux municipales, législatives, régionales, cantonales. Notre liste était soutenue par Ensemble, plusieurs collectifs citoyens du FDG et par plusieurs sections du PCF, mais aussi par quelques militants du PG.

Maintenant, il faut tenir compte de ce qui s’est passé pour savoir sur quoi et sur qui on peut s’appuyer pour continuer à construire et faire grandir le Front de Gauche dans le Finistère, sans revenir à un simple cartel d’organisations qui serait réduit à une quasi impuissance, mais en actant, dans le respect de la place des partis, le poids des collectifs citoyens dans le développement du Front de Gauche, en respectant la légitimité historique et politique de la coordination départementale, sans forcément considérer qu’on ne peut rien améliorer à son fonctionnement.

Les Rencontres du Front de Gauche 29 du samedi 25 octobre seront un moment important pour travailler à retrouver un cadre d’actions et de travail en commun plus consensuel et efficace.

Les élections cantonales et régionales des mars et décembre 2015 devront se préparer en temps voulu dans le cadre du Front de Gauche., en mettant chacun face à ses responsabilités et sans attendre le dernier moment.

En attendant, il faut continuer à créer les conditions d’un travail de terrain au plus proche des gens en donnant de l’espoir à tous ceux qui veulent d’un Front de Gauche rassembleur, populaire, citoyen, moins concentré sur des logiques de boutique et d’appareils.

Communiqué des candidats de la liste « Finistère à gauche toute. Rassembler contre l’austérité »

Ismaël Dupont et les candidats Front de Gauche de la liste « Finistère à gauche toute. Rassembler contre l’austérité » remercient chaleureusement les 84 élus et grands électeurs de l’élection sénatoriale du 28 septembre qui par leur vote ont fait le choix d’une gauche de transformation sociale et de progrès, ont exprimé la nécessité de rompre avec les politiques néo-libérales de droite et du PS au service du grand patronat et de la finance, de défendre les services publics, une république solidaire et plus démocratique, de consolider les moyens financiers des communes confrontés à l’aggravation de la crise sociale et économique. Votre confiance est un point d’appui pour continuer à défendre sur le terrain, dans l’action militante quotidienne, l’idée qu’un autre partage des richesses est possible, qu’une 6ème République affranchie des traités européens existants est indispensable pour rendre sa souveraineté au peuple et sortir du discrédit actuel de la politique. La lutte continue pour rassembler les citoyens et les élus qui ont intérêt au changement, lequel ne pourra être porté par une gauche de courage et de combat !

Le blog de Dom-PenArBed : Le 29 septembre 2014