Accueil / Politique / Contre le violences policières, marche blanche samedi à Nantes

Contre le violences policières, marche blanche samedi à Nantes

Communiqué unitaire

Une quinzaine de jeunes se jetant dans la Loire à 4 heures du matin, l’un d’entre eux toujours disparu depuis le 22 juin. Tel est le bilan dramatique de l’intervention de la police alors que se terminait la fête de la musique. Tous les témoignages montrent que rien ne justifiait la manière dont l’intervention policière a eu lieu. Elle a mis des jeunes en danger en précipitant quatorze personnes dans la Loire. Il existe désormais une forte présomption qu’un jeune ait été victime d’une noyade.

Il ne s’agit pas d’une bavure policière de plus, mais d’une méthode de maintien de l’ordre qui ne connaît que la brutalité. Depuis des années à Nantes, la police pourchasse les militants et les militantes des mouvements sociaux. Cette méthode d’intimidation s’est étendue à tout le pays, comme en témoignent les agressions policières du premier mai à Paris et la violence qui a répondu au mouvement des Gilets Jaunes pendant des mois, faisant des centaines de blessés très graves. Le gouvernement en est évidemment responsable par son intransigeance et les consignes données aux forces de l’ordre.

Nous exigeons :

  • Que toute la lumière soit faite sur ce qui s’est passé le 22 juin à Nantes.
  • Que les responsables, à tous les niveaux, de la mort probable du jeune porté disparu soient révoqués.
  • Que cesse le comportement ultra répressif des forces de l’ordre dans les manifestations et rassemblements divers.

Nous considérons qu’il y a nécessité d’une mobilisation :

  • Contre les violences policières.
  • Pour les libertés d’expression et de manifestation dans notre ville.

C’est pourquoi nous appelons à participer à la marche blanche qui aura lieu le samedi 29 juin à partir du quai Wilson à 14h.

Alternatiba – Ensemble  – Gauche Démocratique et Sociale – Gauche Républicaine et Socialiste  – Génération.s, – Nouveau Parti Anticapitaliste – Parti Communiste Français  – Place publique – Union syndicale Solidaires