Accueil / Notre Dames des Landes / Notre-Dame-des-Landes : victoire et vigilance

Notre-Dame-des-Landes : victoire et vigilance

Un immense soulagement et une grande satisfaction, c’est ainsi que les militant-e-s qui luttent depuis des années contre le projet de Notre Dame des Landes accueillent l’annonce de l’abandon du projet par le gouvernement. Mais, ils et elles savent aussi que la vigilance est nécessaire alors qu’un déploiement de forces policières sans précédent se met en place.

Victoire

Notre collectif ENSEMBLE 44 a produit une banderole que nous mettons en avant dans toutes les manifs : « Notre Dame des Landes, culture de résistances ».  En effet, cette lutte est un puissant symbole de ce que nous refusons et de ce que nous désirons, avec des dizaines de milliers, si souvent venu-e-s manifester de toute la France et d’autres pays à nos côtés.

La résistance au projet d’aéroport c’est le refus des décisions imposées avec un semblant de démocratie, sous la pression des groupes capitalistes les plus influents. La commission mise en place par Nicolas Hulot a confirmé, avec ses propres termes, le caractère incomplet et mensonger du processus qui avait amené à la décision de construire NDL. C’est avant tout le refus de la destruction de notre environnement par ces projets qui ne prennent en compte ni la préservation du vivant, ni le risque mortel de la dégradation climatique. L’abandon de Notre Dame des Landes est une victoire essentielle de l’écologie et de la préservation indispensable des terres nourricières.

Mais cette lutte est aussi un exemple par son mode d’organisation, très démocratique, associant individu-e-s, associations, partis politiques, syndicats, notamment la Confédération paysanne. Une lutte organisée par des assemblées générales régulières et décisoires. Ce mouvement a aussi provoqué des changements dans le mouvement syndical, la CGT de Loire Atlantique ayant ayant évolué vers le soutien au réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique, après un débat très approfondi sur le fond. Une partie du PCF s’est rebellée contre la position pro-aéroport de la direction départementale de Loire Atlantique (certain-e-s ayant quitté le parti), notamment les militant-e-s impliqué-e-s dans Front Commun. Les Fédérations de Vendée et du Morbihan étaient, elles, contre NDL.

Quant à la ZAD, qu’une partie de la presse a régulièrement caricaturée, elle est le théâtre d’une agriculture qui respecte l’environnement, qui se préoccupe du vivant. La vie quotidienne y est organisée selon des principes autogestionnaires qui nous sont chers. Pour ces raisons et aussi parce que, sans elle, nous n’aurions sans doute pas gagné, nous considérons que celles et ceux qui y pratiquent ce mode de vie et cette agriculture – là doivent pouvoir y rester.

Vigilance

C’est bien pour cela que la vigilance doit accompagner notre joie. Parce que les défenseurs de l’ « ordre », qui ne se préoccupent pas des désordres écologiques qu’ils occasionnent, veulent envoyer flics et gendarmes sur la ZAD. Ils sont en train de mettre en place une mobilisation policière sans précédent, sans doute pour montrer la puissance de l’Etat et faire oublier qu’il vient de reculer devant la mobilisation populaire. Mais cette force, le gouvernement peut vouloir la faire agir et déchaîner la violence.

Celles et ceux qui se sont battu-e-s contre ce projet inutile et dangereux vont donc continuer à rester mobilisé-e-s dans les semaines et les mois à venir. Pour que les occupant-e-s de la ZAD puissent continuer à y vivre. Quitte à dégager la route barrée de chicanes, dont les défenses deviennent inutiles puisque l’aéroport ne se fait pas. Le mouvement anti-aéroport vient de déclarer : « En ce qui concerne la question de la réouverture de la route D281, fermée par les pouvoirs publics en 2013, le mouvement s’engage à y
répondre lui-même ».

Cette mobilisation de victoire et de vigilance se traduira par le rassemblement du 10 février prochain sur la ZAD. ENSEMBLE 44 y sera, bien sûr, comme toujours, avec tous et toutes les camarades de cette lutte magnifique.

Une victoire qui en appelle d’autres

Notre Dame des Landes est un symbole de nos luttes pour défendre notre environnement et pour préserver nos vies de la toute – puissance du capital : c’est une énorme victoire. Mais c’est surtout un encouragement à toutes nos luttes à venir, et elles sont nombreuses. Citons une fois encore le mouvement anti-aéroport : « Nous souhaitons par ailleurs, en cette journée mémorable, adresser un fort message de solidarité vis-à-vis d’autres luttes contre des grands projets destructeurs et pour la défense de territoires menacés. »

En effet, pour les opposant-e-s aux Grands Projets Inutiles et Imposés, comme le projet d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure, au projet Europa city à Gonesse, à la ligne LGV Lyon-Turin…, pour celles et ceux qui combattent depuis des années contre le nucléaire, contre les dangers mortifères que représente le dérèglement climatique amené par le productivisme capitaliste, la victoire de Notre Dame des Landes est un encouragement à continuer la résistance.

Et si cela pouvait rappeler que la lutte peut payer ! Cela permettrait de relancer les actions des travailleurs-euses et privé-e-s de travail, des jeunes, des retraité-e-s… contre les projets de régression sociale de ce gouvernement.

Ensemble! 44, le 18 janvier 2018