Accueil / Féminisme / En dix questions, notre premier quizz féministe

En dix questions, notre premier quizz féministe

Avec ce premier quizz en dix questions, la  commission féministe d’Ensemble!44 vous invite à tester – ou réviser – vos connaissances.

1Quel a été l’objet de la loi Maria da Penha au Brésil sous la présidence de Lula ?

Réponse 1 : égalité salariale
Réponse 2 : lutte contre les violences faites aux femmes
Réponse 3 : autorisation de l’IVG

La bonne réponse est la réponse 2 : cette loi visait à la crimalisation des violences faites aux femmes et à la lutte contre l’homophobie. Dans un pays où les religions ont pris une ampleur considérable, les néopentecôtistes continuent à s’opposer à cette réforme. L’avortement est d’ailleurs toujours pénalisé sous la présidence de Dilma Roussef

 

2 – Que signifie le sigle CNCDH ?

Réponse 1 : commission nationale consultative des droits de l’Homme
Réponse 2 : conseil national consultatif des droits Humains
Réponse 3 : comité national chargé du droit humanitaire

La bonne réponse est malheureusement la réponse 1. Malgré une intense bataille pour une commission des Droits Humains, paritaire, humaniste et féministe, cette commission nationale est constituée de 19 Femmes pour 40 Hommes.

 

3 – Depuis combien d’années la Maternité des Lilas se bat-elle pour sa survie sur la commune des Lilas ?

Réponse 1 : 2 ans
Réponse 2 : 3 ans
Réponse 3 : 5 ans

La bonne réponse est la réponse 3 : le 9 janvier 2015, toujours en lutte pour sa survie, le collectif « maternité des lilas » organisait un concert de soutien. C’est l’occasion de rappeler que la maternité se bat depuis maintenant 50 ans pour l’IVG. Les nombreux regroupements d’hôpitaux éloignent de plus en plus les femmes des lieux dont la proximité est vitale pour elles : maternités, services pratiquant l’IVG. Le service public n’est visiblement pas la priorité des ARS (agences régionales de la santé). La rentabilité remplace l’accès à des soins de qualité.

 

4 – Qu’est-ce qu’un féminicide ?

Réponse 1 : le meurtre d’une femme
Réponse 2 : le meurtre de femmes à caractère systématique
Réponse 3 : le meurtre d’une personne en raison de son orientation sexuelle

La bonne réponse est un mixe des 3.
Le vocabulaire du droit a été modifié (parution au Journal officiel du 16 septembre 2014) .
Il distingue le féminicide qui est l’homicide d’une femme, d’une jeune fille ou d’une enfant en raison de son sexe (exemple la Chine avec sa politique de l’enfant unique). Il désigne un meurtre à caractère individuel ou systématique. L’homicide sexiste est définit comme l’homicide d’une personne en raison de son sexe ou de son orientation sexuelle.

 

5 – Que réglementait l’ordonnance du 16 brumaire an IX (7 novembre 1800) ?

Réponse 1 : le travestissement des femmes
Réponse 2 : la publication d’articles par des femmes
Réponse 3 : la participation de femmes à un cercle littéraire

La bonne réponse est la réponse 1 : « toute femme désirant s’habiller en homme devra se présenter à la préfecture de police pour en obtenir l’autorisation »
Elle n’a été officiellement abrogée que le 31 janvier 2013

 

6 – Combien de sièges au parlement européen a obtenu la liste suédoise Feministikt Initiativ ?

Réponse 1 : 6
Réponse 2 : 3
Réponse 3 : 1

La bonne réponse est la réponse 3. Avec 5,3 % des voix, elle a obtenu 1 siège.

 

7 – Dans quel pays les transgenres n’ont-ils, n’ont-elles, plus le droit de conduire ?

Réponse 1 : Le Maroc
Réponse 2 : La Russie
Réponse 3 : L’Afrique du Sud

La bonne réponse est la réponse 2. Jusqu’où ira la fièvre répressive de la Russie et son retour en arrière sur les droits individuels ? On connaissait mieux la situation en Arabie Saoudite où ce droit n’a jamais existé pour les femmes. Mais dans de nombreux pays, les transgenres font l’objet d’humiliations quotidiennes sans que l’opinion publique internationale s’en émeuve.

 

8 – Combien de médecins français ont signé un manifeste pour l’accès universel à la contraception et à l’avortement ?

Réponse 1 : 370
Réponse 2 : 50
Réponse 3 : 420
La bonne réponse est la réponse 3
Médecins du Monde a lancé en septembre 2014 un manifeste pour un accès universel à la contraception et à l’avortement libre et gratuit. Signé par 420 médecins français, cette déclaration baptisée « Names notnumbers » a été publiée dans « Le Nouvel Observateur », et est promue en France par trois associations : Médecins du Monde, le Planning Familial et Équilibre et Population.
Plus de 20 millions d’IVG dangereuses chaque année dans le monde. Les auteur-es du manifeste
rappellent que « toutes les dix minutes, une femme meurt des suites d’un avortement à risque » et
que, chaque année, « plus de 20 millions de femmes interrompent leur grossesse dans des
conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées ».
Ce manifeste fait écho à celui des 370 médecins qui, en 1973, s’étaient accusés d’avoir pratiqué l’IVG alors interdite par la loi.

 

9 – Quelles sont les activités illégales dont les revenus sont intégrés au PIB en France ?

Réponse 1: le travail au noir
Réponse 2 : la fraude fiscale
Réponse 3 : la prostitution

La bonne réponse c’est que toutes ces activités sont comprises dans le PIB, et bien d’autres, comme la drogue, devraient être prises en compte à la demande d’Eurostat, l’institut européen de la statistique. Jusqu’à présent l’Insee ne prend en compte que les transactions avec libre consentement. Ce qui pour elle, n’est pas le cas de la drogue, à cause de l’effet de dépendance qu’elle engendre. Elle devrait pourtant être incluse dans le calcul du Revenu National Brut, un agrégat proche du PIB utilisé par l’Union Européenne pour calculer la contribution de chacun au budget européen.
L’Insee distingue deux types de prostitutions. D’une part, celle qui s’exerce dans des locaux ayant une activité légale. C’est le cas par exemple de certains bars ou salons de massages. Celle-ci est déjà comprise dans le calcul du PIB, au même titre que le travail au noir ou la fraude fiscale. L’autre type de prostitution est celle de rue. « Celle-ci n’apparaît pas dans les comptes nationaux, et nous n’avons pas l’intention de changer cela. En effet, elle est le plus souvent le fait de personnes étrangères, en situation irrégulière, qui exercent cette activité sous la contrainte, pour payer leur passeur. A nos yeux, il n’y a donc pas d’échange consenti. » Et là encore, pas question de la faire apparaître dans le PIB.

 

10 – Que s’est-il passé le 6 décembre 1989 au Québec ?

Réponse 1 : l’entrée de la 1ère femme à polytechnique
Réponse 2 : l’entrée de la 1ère représentante des peuples indigènes au parlement
Réponse 3 : un massacre d’étudiantes

La bonne réponse est la réponse 3
Chaque année, des membres du réseau « Encore féministes ! » se rassemblent à Paris pour commémorer le massacre anti-féministe qui eut lieu le 6 décembre 1989 à la Polytechnique de Montréal. Un antiféministe massacra de jeunes Québécoises, uniquement parce qu’elles étaient des femmes faisant des études pour devenir ingénieures.
Dans de nombreux pays, l’instruction des filles, l’ouverture de leur esprit par l’accession au savoir, la connaissance de leurs droits, leurs possibilités accrues d’exercer des métiers prestigieux que la tradition réserve aux hommes sont perçues comme une menace pour la domination masculine.
Dans le monde, les deux tiers des analphabètes sont des femmes et des filles. Cette discrimination dans l’accès au savoir s’ajoute aux injustices et aux violences visant spécifiquement les femmes parce qu’elles sont des femmes. Les empêcher d’apprendre à penser, c’est-à-dire à se concevoir comme des sujets et donc à prendre leur vie en main, est un crime contre la dignité humaine.

 

….bon, bon, c’est pas trop mal, mais y’a des progrès à faire, non ?

la suite au prochain quiz, et à la prochaine manif pour l’égalité et les droits des femmes.

Ensemble!44 : le 31 mars 2015