Accueil / International - EU / Grèce : non à l’austérité et au chantage financier

Grèce : non à l’austérité et au chantage financier

Entre J.C. Juncker, ancien chef d’été d’un paradis fiscal, qui se dit « affligé », « se sent trahi » par la décision du gouvernement grec de consulter le peuple par référendum le 5 juillet, et M. Sapin qui « a très mal pris « cette décision, nous sommes en plein bal des hypocrites.
L’Union européenne était à deux doigts d’un accord avec les négociateurs grecs parait-il.
Mensonge !

Le FMI, la BCE, l’Eurogroupe n’ont eu de cesse de procéder à un véritable chantage financier conditionnant 15 milliards d’argent frais contre des réformes structurelles visant les retraites, la TVA et donc davantage d’austérité pour la population.

« Argent frais » ? Pas vraiment puisqu’il s’agissait d’un recyclage de subsides déjà prévus ou destinés à renflouer les banques grecques. Sur ces 15 milliards, plus de 3 milliards n’étaient que la restitution des profits spéculatifs fait sur les obligations grecques.

Grandeur nature c’est la démonstration qu’en fait de négociations, il s’agissait d’un chantage financier.
Hypocrisie quand les mêmes refusent de reconnaître que la dette, illégitime, ne pourra pas être rembourser.

Le 5 juillet, le peuple sera consulté par référendum.
« Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire », dénonce la campagne mensongère qui se développe contre le gouvernement d’A. Tsipras et soutient sa décision de consulter la population.
Ce qui se joue c’est la possibilité d’une autre voie pour les peuples en Europe que l’austérité sans fin, d’une alternative démocratique, sociale et écologique.

L’Union européenne nie tout simplement toute souveraineté au peuple grec qui a voté contre l’austérité aux élections de janvier dernier.
A l’insupportable chantage financier, opposons la solidarité internationale.

« Ensemble! » appelle à participer à toutes les manifestations unitaires en soutien au peuple grec. A Nantes, ce sera ce mardi, à 19h Place Royale.