Accueil / International - EU / Halte aux ingérences étrangères en Syrie !

Halte aux ingérences étrangères en Syrie !

Le gouvernement Erdogan mène une offensive militaire d’ampleur contre l’enclave d’Afrin  et les forces kurdes du PYD. C’est un nouveau front de guerre qui s’ouvre en Syrie.

Poutine a donné son feu vert à cette opération. Dans le même temps l’aviation russe bombarde Idlib en appui à l’offensive de Bachar al-Assad et des milices iraniennes pour reconquérir cette région tenue par les forces rebelles à son  régime. La population assiégée subit bombardements, souffrances et déplacements répétés.

La coalition dirigée par les États-Unis,  dont la France est partie prenante, est spectatrice passive de ces opérations et mène les siennes là où elle exerce son contrôle.

Ainsi chaque puissance déploie sa stratégie, en alimentant une crise régionale de grande ampleur. Et cela dans le mépris total des conséquences catastrophiques pour les populations.

Il faut exiger l’arrêt de l’intervention de la Turquie et le retrait de ses troupes.
Le peuple kurde a des droits qui doivent être reconnus et respectés, dont son aspiration à une autonomie du Kurdistan syrien.

C’est l’arrêt de toutes les interventions étrangères – russes, iraniennes, turques, occidentales….- qui doit être imposé.
Pas de paix possible en Syrie sans solution politique.

Pas de solution politique sans que cessent toutes les ingérences étrangères et que le dictateur Bachar al-Assad soit chassé, pour que le peuple syrien puisse décider souverainement de son avenir.

Le 23 janvier 2018.

Nous publions ci-dessous le communiqué que nous ont transmis nos amis du centre cultuel Kurde de Nantes, que nous assurons de notre entière solidarité :

APPEL A LA SOLIDARITE AVEC EFRÎN BOMBARDEE PAR L’ARMEE TURQUE

Les avions de guerre turcs bombardent la ville kurde d’Efrîn, au nord de la  Syrie. De nombreux civils tués et blessés?
Depuis samedi 20 janvier, les avions de guerre turcs  bombardent la région d’Efrîn  sans discontinuité. Au moins 18 civils ont été tués et 3 combattants  kurdes  des YPG/YPJ (un homme et deux femmes) sont tombés dans les bombardements de  l’aviation turque. On compte par ailleurs de nombreux blessés.

Ces bombardements menés avec l’aval de la Russie visent non seulement les  Kurdes, mais aussi les autres peuples de la région (Arabes, Assyro-Chaldéens, Arméniens). Par ailleurs, Efrîn ayant été jusqu’à présent  l’une des régions les plus sûres de Syrie, abrite autant de déplacés  internes que le nombre de ses habitants.

Depuis 7 ans, la Syrie est embourbée dans une guerre internationale qui a  fait des centaines de milliers de morts et jeté des millions de personnes sur les routes de l’exil. Après que les forces de Daesh aient été chassées de tous leurs fiefs en Syrie, principalement grâce au combat mené par les Kurdes, on a pu espérer que cette guerre arrive à son terme.

Mais l’espoir vient d’être anéanti par l’Etat turc et son Président Recep Tayyip Erdogan, ainsi que ses alliés, Al Qaeda (Heyet Tahrir El Sham) et l’Armée Syrienne Libre. Cela veut dire un nouveau conflit meurtrier qui va plonger la région dans un chaos renouvelé et une crise humanitaire internationale.

Ni le Canton d’Efrîn, ni les autres cantons kurdes de Syrie n’ont jamais  attaqué ou menacé d’attaquer la Turquie. A l’inverse, la Turquie n’a cessé de menacer ces régions contre lesquelles elle a mené des attaques sporadiques au cours des dernières années. L’offensive que mène actuellement la Turquie constitue une “attaque contre un Etat souverain”, une occupation de son territoire, un crime de guerre. Elle est identique à celle menée parDaesh contre le canton de Kobanê en 2015.

•    Nous appelons les peuples et toutes les forces démocratiques à manifester leur solidarité avec les Kurdes et les autres composantes de la population d’Efrîn, et à condamner l’invasion génocidaire de la Turquie.
•    Nous appelons les Nations Unies, la communauté internationale et la coalition anti-Daesh à prendre des mesures urgentes pour mettre fin à cette agression qui menace la vie de centaines de milliers de personnes.
•    Nous appelons le Conseil de Sécurité des Nations Unies à agir rapidement pour mettre en place des zones d’exclusion aériennes au nord de la Syrie. Cela apportera une solution à la crise syrienne, dans le cadre d’une protection internationale.
•    Nous appelons la communauté internationale à briser son silence qui légitime les graves violations des droits humains résultant de ces attaques.