Accueil / Politique / L’ultime hommage à notre camarade Bertrand Vrain
Lors d'une cérémonie de parrainage d'enfants sans-papiers

L’ultime hommage à notre camarade Bertrand Vrain

La salle du crématorium de Nantes était trop petite pour accueillir ce matin le grand nombre des participant.e.s aux obsèques de notre camarade Bertrand Vrain. Autour de Danielle, son épouse, de ses deux filles, Anaïs et Réjane, se pressait un grand nombre de celles et ceux qui, depuis un demi-siècle, ont partagé les engagements de Bertrand, parmi eux nombre d’anciens du PSU, de l’AREV, des Alternatifs et d’actuels militants d’Ensemble!, les deux anciens maires de Nantes, Jean-Marc Ayrault et Patrick Rimbert, plusieurs anciens élus PS de Nantes, des camarades d’Europe Ecologie Les Verts, de la France Insoumise, de la Gauche Démocratique et Sociale, nombre des animatrices et animateurs de la résistance au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, etc….

Après les interventions de ses deux filles, notre camarade François Préneau lui a rendu hommage au nom de celles et ceux qui, des Alternatifs à Ensemble!, ont partagé ses engagements :

« Curieux et attentif, engagé et militant, Bertrand l’a été toute sa vie. Cet engagement fut chez lui consubstantiel à sa formation scientifique :  avant d’affirmer, avant d’agir, il faut connaître, analyser, comprendre.

Homme d’action, Bertrand ne fonde pas son engagement sur une quelconque croyance mais sur des analyses concrètes et rationnelles, nourries par le débat. C’est aussi pour cela que les réunions et les échanges avec lui furent toujours passionnants.

Son engagement pour l’autogestion et l’écologie, radicalement à gauche, fut d’abord un cheminement nourri de réflexions, de rencontres, de débats, de ruptures parfois. L’autogestion comme but, mais aussi comme moyen et comme chemin. Cela suppose une sacrée dose d’optimisme !

Toute sa vie militante Bertrand a conjugué la rigueur dans l’analyse et l’optimisme dans l’action.

De l’optimisme, de la persévérance et du collectif, pour qui veut, et Bertrand le voulait, être utile en luttant inlassablement contre l’exploitation et les oppressions. Faire ensemble toujours. Et vivre pleinement le bonheur partagé de l’action commune comme celui, trop rare, des victoires. Et quels souvenirs magnifiques quand le visage de Bertrand, qui pouvait tout aussi être pince sans rire, irradiait de bonheur !

Elu municipal de Nantes pendant quatorze ans, Bertrand consacra une énergie insoupçonnable au service des habitantes et habitants et de leur qualité de vie, y compris pour celles et ceux trop souvent oubliés, les sans-papiers et les sans-logis. Et en veillant toujours à être en cohérence avec ses idées, y compris par le monopole du vélo pour se rendre à la mairie et sillonner sa ville

Être élu minoritaire au sein d’une majorité n’est pas toujours simple. Mais toutes ces années furent, pour Bertrand comme pour nous, politiquement et humainement riches et passionnantes et, surtout, utiles parce que ce qui nous unissait était une commune volonté d’agir pour l’intérêt général et le bien public.

Avec les intergroupes, Ecologistes, régionalistes et solidaires, puis UDB-Alternatifs, Bertrand ne renonça jamais à débattre pour convaincre et tenter d’infléchir les orientations politiques. Il n’a pas toujours convaincu, mais il y a gagné, je crois, l’estime et le respect de chacun.e

Bertrand n’avait pas le culte de l’organisation, mais, du PSU aux Alternatifs puis à Ensemble !,  il avait la certitude de son impérieuse nécessité. Et le souci permanent de rassembler sur les idées et le programme, d’unir et réunir par-delà les appartenances politiques pour agir ensemble, pour peser, être utile toujours.

D’Ecologie Solidarités, aux comités unitaires contre le TCE, du CéDéPa à Notre-Dame-des-Landes aux groupes d’appui de de la France insoumise, ce fut une constante de son engagement.

Cet engagement, ses engagements signifiaient concrètement du temps, beaucoup de temps et beaucoup d’énergie, des réunions, des analyses, des textes, des articles, des bulletins, des journaux, des tracts à distribuer, des affiches à coller. Depuis plus de trente ans, Bertrand en a écrit, à quatre mains ou plus, des interventions, des articles, des tracts qu’ensuite il fallait imprimer et distribuer. Parce qu’avec Bertrand on ne sépare pas le dire et le faire.

Ce temps militant c’était évidemment des absences et du temps imposé, à toi Danielle, à vous Anaïs et Réjane, vous trois qui lui apportiez tant et lui avez permis d’être pleinement et vraiment heureux.

Bertrand ne s’est jamais résigné aux injustices et aux inégalités, à la guerre et aux oppressions, au réchauffement climatique et aux atteintes à l’environnement, au chômage, dont il a rudement souffert, et à la destruction des acquis sociaux. Toute sa vie, il est resté un indigné, un insoumis, militant jusqu’à ses derniers jours.

Sa mort interrompt notre dialogue. Mais la fidélité à sa mémoire et à sa droiture nous invite à poursuivre le chemin partagé. Vivre, aimer, lutter. En sachant prendre le temps du verre ou du repas partagé. Et avec Danielle et Bertrand nous avons souvent été gâtés !

Oui, nous avons eu la chance de cheminer, toutes ou partie de ces années, à tes côtés Bertrand, Bertrand les pieds sur terre, la tête dans les étoiles, à vos côtés Danielle et Bertrand, à vos côtés Anaïs et Réjane. Nous ne l’oublierons pas.

Nous ne t’oublierons pas, Bertrand, notre ami et notre camarade à jamais présent dans nos vies ».

Nantes le 4 mars 2020