Accueil / Écosocialisme / Mobilisations « Cop 21 » interdites par l’état d’urgence

Mobilisations « Cop 21 » interdites par l’état d’urgence

Alors que la COP21 s’apprête à ouvrir ses travaux, le gouvernement accentue ses mesures visant à empêcher les mobilisations pour sauver le climat.

Après avoir interdit la marche pour le climat prévue à Paris le 29 novembre, ainsi que celles de Nantes, Rennes et de nombreuses autres villes françaises, l’État assigne à résidence jusqu’au 12 décembre deux militants actifs des luttes écologistes, en particulier contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Après les perquisitions effectuées dans plusieurs lieux et domiciles soupçonnés d’abriter de dangereux contestataires, le gouvernement franchit un pas supplémentaire dans sa politique d’intimidation et de répression, illustrant à quel point l’État d’urgence nous prive de nos libertés les plus fondamentales.

« Ensemble! » exige la levée immédiate des assignations à résidence, la fin des perquisitions des militant-e-s, et appelle à rejoindre la chaine humaine pour le climat demain 28 novembre 14h Place du Bouffay à Nantes, ainsi que les nombreuses mobilisations qui rythmeront la durée de la COP21 dont la marche du samedi 5 décembre prochain sur la ZAD de Notre Dame des Landes.

Nantes, le 27 novembre 2015