Accueil / Luttes sociales / Nantes : toujours plusieurs centaines de migrants à la rue !

Nantes : toujours plusieurs centaines de migrants à la rue !

Communiqué du collectif soutien migrants Nantes :

Le collectif soutien migrants Nantes a été reçu ce lundi 20 août à la demande de la mairie par les élus qui suivent la situation des migrants. Un représentant des occupants du square Daviais, un représentant de l’intersyndicale (Solidaires, CGT, CFDT, FSU et UNSA) et d’autres collectifs et associations étaient également présents.

Les élus nous ont annoncé la mise en œuvre opérationnelle de son projet de 90 places dans le gymnase E. Maurice, quai A. Rhuys, pour héberger les personnes en mauvaise santé présentes square Daviais. Ils nous ont précisé que la ville continuerait à chercher d’autres solutions pour la mise à l’abri des autres personnes, dont des mineurs et des familles.

Si nous apprécions ce premier geste, attendu depuis le début de l’été, nous affirmons qu’il n’est pas à la hauteur de cette situation de crise sans précédents.  Nous demandons aux élus de procéder à un changement d’échelle, et, avec ou sans l’État, de trouver rapidement des solutions de mise à l’abri pour toutes et tous.

Par ailleurs, tant que des personnes devront survivre  sur le square, nous exigeons des pouvoirs publics qu’ils installent des sanitaires et des points d’eau potable.

Nous confirmons notre souhait d’un élan de solidarité collectif, et relayons une nouvelle fois la sollicitation adressée à tous les maires de la métropole le 10 août dernier :

« Il faut très vite trouver des lieux provisoires d’hébergement d’urgence, en attendant de mettre en place les solutions durables que les pouvoirs publics pourront mobiliser. (…). Nous pensons que la plupart des communes de la métropole disposent de tels lieux temporairement inutilisés. ». Et nous précisions dans cet appel que les bénévoles qui s’impliquent – de plus en plus nombreux depuis le début de l’été – apprécieront de pouvoir accompagner les mêmes personnes migrantes qu’elles assistent quotidiennement, dans un cadre moins précaire qu’une place publique. La Métropole dispose de tels lieux facilement transformables et offrant le minimum de salubrité, d’hygiène et d’intimité que chaque être humain est en droit d’attendre. Les occupants du square savent que si rien n’est fait, les conditions de vie vont empirer avec la fin de l’été, et les problèmes de santé s’aggraver.

Les associations reçues par la Ville aujourd’hui demandent donc aux pouvoirs publics des réponses aux questions qu’elles ont soulevées une nouvelle fois :

  • l’installation de toilettes
  • la résorption rapide du campement en proposant un hébergement en dur pour tous
  • un dialogue avec la Ville ou la Métropole à partir d’une liste de bâtiments inoccupés, liste que la mairie s’était engagée à dresser depuis longtemps
  • la mise en place d’un comité de suivi pour la construction, entre institutions et associations, de solutions d’hébergement, temporaire puis durable

Nantes le 30 août 2018