Accueil / Notre Dames des Landes / NDDL : Décidément certains élus ont du mal avec la vérité.

NDDL : Décidément certains élus ont du mal avec la vérité.

Les principaux élu-e-s du Syndicat Mixte Aéroportuaire du Grand Ouest – Mme Morançais, présidente LR de la région Pays de la Loire, M. Retailleau, sénateur LR, M. Grosvalet, président PS du département, Mme Rolland, Présidente PS de Nantes Métropole, M. Samzun, Président PS de la Métropole de Saint Nazaire, etc… – viennent de rendre publique lors d’une conférence de presse une lettre au Président de la République contestant le rapport de la Commission de médiation et plaidant une nouvelle fois pour la construction de Notre-Dame-de-Landes. Le CéDpa, collectif des élu-es doutant de la pertinence de ce projet d’aéroport, leur répond.

Ils ne mettront pas un sou dans le réaménagement de Nantes-Atlantique ? Eh bien tant mieux !

Les élus du Syndicat Mixte Aéroportuaire du Grand Ouest ne digèrent pas le rapport de la médiation. Ils ne mettront pas un sou dans le réaménagement de Nantes Atlantique, disent-ils furieux. Eh bien tant mieux !

Tant mieux parce que les collectivités ont bien d’autres choses à faire en cette période de vaches maigres côté argent public que d’aller mettre de l’argent dans un aéroport alors que le concessionnaire n’en a nul besoin…

Rappelons simplement qu’elles avaient décidé de « prêter » la bagatelle de 120 M€ à Aéroport du Grand Ouest : ce qu’AGO, Aéroport du Grand Ouest, filiale du Groupe Vinci,  appelle « subvention », nos élus l’appellent « avance remboursable »… remboursable à la saint Glinglin…). Ils disaient même qu’un jour, lointain, les collectivités seraient associées aux bénéfices de l’aéroport… Ils en rêvaient et voilà que leur rêve s’écrase sur la vérité imparable du rapport des médiateurs : nul besoin d’un nouvel équipement pour répondre à la croissance du trafic aérien. Décidément certains élus ont du mal avec la vérité.

Ils devraient pourtant se réjouir : l’optimisation de Nantes Atlantique coûtant deux fois moins cher que le coût théorique de construction de NDDL, et AGO ayant déjà gagné beaucoup d’argent depuis 2010 (on parle de 15 M par an), ce dernier devrait pouvoir assumer sans difficulté les travaux de modernisation. Les banques prêteront le reste évidemment, comment en serait-il autrement ? Et les collectivités pourront allouer les sommes économisées aux besoins réels de leurs populations : il nous semble qu’il ne devrait pas être trop difficile de trouver de beaux projets. Si les élus du Syndicat Mixte Aéroportuaire du Grand Ouest n’ont pas d’idées, les citoyens et associations à qui l’on dit qu’il n’y a plus d’argent et qu’il faut se serrer la ceinture sauront leur en donner !

Nantes, le 19 décembre 2017