Accueil / Non classé / Non à la criminalisation du mouvement social

Non à la criminalisation du mouvement social

Le 14 décembre prochain, deux syndicalistes CGT et un jeune sont convoqués devant la Justice. On leur reproche des actes de violence lors des manifestations de septembre dernier contre la loi travail

Comme l’écrit l’intersyndicale CGT-Solidaires-FSU et UNEF : « Le 21 septembre 2017, les forces de police s’en sont pris délibérément à la tête de la manif. Ces agissements se sont déroulés à l’issue de la manifestation, lors de la charge des policiers en civil sans pourtant aucune violence des manifestants.  Deux camarades blessés par Flash ball, deux autres camarades interpellés, en tout à l’intérieur même du camion de l’union locale sud Loire, 9 camarades gazés, molestés, matraqués. Au moins neuf autres manifestants ont été interpellés. Le 14 décembre, deux camarades seront jugés, ils risquent des peines d’emprisonnement pour des faits de violence sans aucune victime et sans jour d’ITT (incapacité temporaire de travail).  Nous attendons la relaxe pour nos deux camarades et plus généralement nous affirmons que les faits relevant de l’action revendicative ne doivent pas relever d’un tribunal. Criminaliser les actions militantes, pose la question des libertés fondamentales : liberté d’expression, droit à manifester ».

Le 14 décembre à partir de 13h30 l’intersyndicale appelle à un rassemblement de soutien devant le Palis de Justice de Nantes.

Ce rassemblement unitaire sera précédé d’une soirée débat sur la criminalisation du mouvement social lundi prochain 11 décembre à 18h30 à la Maison des syndicats de Nantes, avec la participation d’une responsable nationale du Syndicat des Avocats de France.

Ensemble ! vous appelle à participer à ces deux initiatives.

Nantes, le 9 décembre 2017