Accueil / Front de Gauche / « Place au peuple FDG 44 » est née

« Place au peuple FDG 44 » est née

Après son assemblée constituante du 5 mai, l’association s’est réunie jeudi pour préciser ses objectifs.

« On veut être un groupe de réflexions mais aussi d’actions », annonce Yves Ardil, ouvrier du Pallet et secrétaire adjoint du bureau. Le constat est ainsi simple pour Marcel Le Bronze, de Missillac, membre du conseil d’administration : « Après l’épisode des dernières municipales, on a constaté que le Front de gauche n’avait pas suffisamment d’accroches populaires, surtout avec des citoyens qui ont le sentiment d’être trahis par les politiques et cette colère sourde qui en résulte ».

La méthode est donc toute aussi naturelle, selon la centaine de membres de l’association venant de tout le département : dans un premier temps, « réconcilier le citoyen avec le politique », explique la présidente nantaise Martine Ritz, puis « peser sur les choix qui seront faits ».

Leurs valeurs sont inspirées par le programme partagé « L’humain d’abord », de Jean-Luc Mélenchon, pour un mouvement alternatif en rupture avec les politiques libérales. Leurs motivations viennent en partie de l’expérience d’un Front de gauche en Loire-Atlantique, « un peu trop replié sur lui-même et sur des discussions interminables sur des tactiques électorales », raconte Jean Brunacci d’Ensemble – Gauche anticapitaliste, membre de l’association.

Dans la logique de l’espagnol Podemos et du grec Syriza, Place au peuple FDG 44 dit vouloir parler à tous les citoyens, tout en reconnaissant s’être construite sur une base de militants et syndiqués, et « aux valeurs de gauche, on ne va pas se mentir », reconnaît Marcel Le Bronze.

Définissant les thématiques sur lesquelles ils s’exprimeront, les adhérents veulent occuper une position d’aiguillon entre politiques et citoyens, pour sensibiliser les abstentionnistes et stopper la montée du Front National.

Ouest France (L.A) : Le 24 Juin 2015