Accueil / Politique / Planète à l’arrêt, mondialisation contaminée : construisons

Planète à l’arrêt, mondialisation contaminée : construisons

une alternative de gauche et écologiste !

Nous publions ci dessous l’introduction d’une brochure électronique publiée par Ensemble ! sur la crise sanitaire.. Cette brochure est disponible avec le lien https://www.ensemble-fdg.org/sites/default/files/texte_coronavirus.pdf

L’irruption du Coronavirus paralyse le monde.

Que des milliards d’êtres humains vivent simultanément le même évènement n’est sans doute jamais arrivé. Mais pour faire face à l’épidémie, le recours à l’ « Union nationale », l’affirmation intempestive de la souveraineté ne règlent rien mais sont porteurs de tous les dangers.  Les méthodes autoritaires du gouvernement font douter que l’on est encore dans un état de droit démocratique, avec la répression systématique, notamment dans les quartiers populaires.
Repli nationaliste, réflexes de violence, voilà les dérapages possibles des conduites autoritaires. Cela pourrait préfigurer des manières dangereuses de résoudre d’autres crises à venir, sur le plan écologique.

Vers un monde inhabitable ? Un signal d’alarme !

Cette crise « sanitaire » est révélatrice d’un monde devenu potentiellement inhabitable :
– la propagation néolibérale- La propagation du virus a produit un court-circuit économique mondial en raison des surcharges qu’impose le « pur » capitalisme : flux tendus des produits arrivant sur les marchés après de longues distances, priorité aux valeurs au détriment des biens utiles, fonctionnement marchand des services publics, perte d’autonomie vitale des peuples.
– l’incompatibilité entre le capitalisme prédateur et l’écosystème humanité-nature- C’est le bouleversement du climat, l’extinction des espèces. Selon des recherches scientifiques, la destruction des habitats naturels d’animaux sauvages, et/ou les élevages intensifs (fermes usines) ont probablement permis la possibilité aux virus mutant de franchir la barrière des espèces.

Mais cette révélation mondiale peut être un signal d’alarme pour agir et pour une reconversion urgente du rapport à la nature et contre la dictature du profit.
Ces deux mobilisations doivent être menées simultanément.

L’universel mis à mal

Face au défi, les réactions internationales sont désastreuses.
Au lieu des convergences dans le domaine sanitaire, la recherche fondamentale, les moyens matériels (tests, respirateurs, masques), les Etats et les institutions internationales ont décidé la fermeture des frontières, l’abandon des réfugiées, des sans-papier, des sans-domiciles, dans des camps ou des ilots d’insalubrité.
* L’ONU aux abonnés absents- Elle avait pourtant été créée pour faire face à des crises mondiales. Après 1945, elle avait produit des déclarations internationales sur les droits humains (1948), sur lesquelles s’appuyer pour agir.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) date de cette période. Mais ses moyens financiers sont dérisoires. Sur 5,8 milliards de dollars, 20 % vient des Etats et 80 % de dotations « volontaires », à la fois d’Etats et de « bienfaiteurs » comme Bill Gates. Ce qui entraîne une faible légitimité.
* L’Union européenne (UE) : chacun pour soi- Les institutions européennes ont été contraintes d’abandonner provisoirement leurs dogmes (les règles de déficit). Mais l’UE n’a pas voulu créer des outils financiers mutualisés (dettes publiques). Le risque est de renforcer l’opinion qu’elle ne sert décidément à rien. Le virus du Brexit peut ainsi se répandre sans pare-feu. Le proto-Etat européen se révèle une fois de plus comme une machine de dépolitisation des peuples sur les choix fondamentaux, au profit du règne de l’économie et du droit des affaires.
* Dans plusieurs pays riches la crise a produit un effet de sidération. Les catastrophes étaient habituellement éloignées des contrées occidentales protégées. Les crises les plus graves ou les guerres étaient surtout localisées dans les pays pauvres. Or cela est arrivé ici. La marque de ce moment sera indélébile. D’où la demande populaire sur « le monde d’après » qui ne devra pas ressembler à celui d’avant.

Macron sur la sellette

En France, le confinement général a été annoncé par le pouvoir dans un moment de panique (le calcul des morts si on ne fait rien) s’est accompagné de mesures autoritaires. L’exécutif a compris que l’épidémie était une menace, mais que les moyens à disposition n’étaient pas là : masques, tests, lits de réanimation, appareils respiratoires. Très vite le mensonge d’Etat est apparu. Les mesures d’urgence sanitaire avec des attaques fortes contre le droit du travail, les mesures contre les libertés démocratiques, la répression dans les quartiers… ont provoqué de la colère.

La crise politique possible s’explique par l’affaissement du système de pouvoir Macron depuis l’irruption des Gilets jaunes, le mouvement retraite, et par l’installation d’un mouvement de contestation permanente.
Alors éclate la dénonciation des scandales : commercialisation autorisée des masques (qui en mars étaient « inutiles »), opacité bureaucratique des décisions sur les tests, mortalité cachée dans les EPHAD, primes méprisantes lancées aux « héros » des hôpitaux, etc.

Le gouvernement devra rendre des comptes !
Une partie de la société veut contrôler, pas seulement obéir. Beaucoup de personnes ressentent une capacité autonome d’agir.
D’autres au contraire attendent de l’Etat qu’il s’occupe de tout au détail près. Mais cette attitude peut conduire à l’attente d’un sauveur.

Un moment de basculement possible

La prise de conscience existe d’un « moment » qui peut tout changer.  Mais se croisent aussi des interrogations nombreuses :
* Comment faire la part entre les règles collectives nécessaires et l’autonomie de jugement ? Il n’y aura pas de comportements collectifs acceptés s’ils ne font pas appel à l’intelligence, ce qui nécessite des explications de façon à développer les solidarités.
* La durée de la crise amplifie son coût faramineux. Les gouvernements sont mis en situation de choisir entre la santé et la pression capitaliste pour relancer l’économie au plus vite.  Comment résister à ce retour à l’ordre néolibéral après le 11 mai, dont on pressent la menace : manque de protection au travail, loi d’urgence autorisant 60 heures par semaine, congés imposés, etc.? Et comment faire face aux licenciements de centaines de milliers de personnes ?
* Comment faire la part de la science et celle de l’injonction politique ?
Que peut l’Etat ?
Le gouvernement s’est entouré de scientifiques, à l’abri desquels il s’est justifié au départ. Qui doit trancher ?
* La science est nécessaire. Elle est traversée de controverses.
* Pour autant c’est « le politique » et la démocratie qui doivent décider, quitte à faire des erreurs. Une société aux mains des scientifiques virerait dans l’impérialisme du savoir. C’est pourtant ce que certains défendent face à l’irresponsabilité des « politiques » face au défi écologiste.
* La puissance publique a la responsabilité des moyens et elle est le garant des droits (voir nos propositions)

Promouvoir l’Intelligence collective et l’autogestion

Les initiatives pullulent sur le territoire.  Elles vont à l’encontre de la résignation passive ou de la colère sans perspective.
De toutes ces créations peuvent demain surgir de nouvelles coopératives.
Des travailleurs-euses se remobilisent pour défendre leur usine de matériel médical fermée.
Dans les entreprises, les mesures barrières doivent être l’occasion de discuter du travail, de la santé.

Partout, il devrait être discuté publiquement des secteurs de production vitaux, et ceux qui ne le sont pas (à fermer). Syndicats, salarié-es, usagers doivent s’en mêler.

Miser sur l’initiative collective, telle est la voie pour un plan de remise en marche de la vie sociale et économique avec des choix écologiques impératifs.

Pour un Conseil national de contrôle citoyen des pouvoirs publics

Partout sur le territoire et sur les lieux de travail, la question qui se pose est : comment fait-on ? Qui décide ?
La constitution d’un pôle de 25 organisations syndicales et associatives (issues des mouvements écologistes pour le climat) pour préparer « le monde d’après » est une bonne nouvelle. C’est le début prometteur d’un éco-syndicalisme. Nous soutenons la pétition PlusJamaisCa.
Syndicats, associations, collectifs citoyens, élu-es peuvent mettre en place des Conseils territoriaux pour anticiper « le monde d’après ».
Le pouvoir Macron-Philippe est très critiqué. Une alternative de gouvernement nécessite un rassemblement des forces progressistes, associations, syndicats et orga politiques, unies sur un projet commun.
Cette situation exceptionnelle montre une fois de plus le caractère antidémocratique des institutions de la V° république. La question d’une VI° république est centrale dans ce projet.

Dans l’immédiat, Il est nécessaire que les forces populaires se rassemblent avec les organisations syndicales et associatives pour se porter candidates au contrôle national des choix politiques.

Formons dès maintenant un Conseil national citoyen !

Mai 2020