Accueil / International - EU / Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune
sdr

Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune

Plus de 120 personnes se sont réunies ce jeudi 20 juin en fin d’après-midi devant le Consulat d’Algérie à Nantes pour exiger la libération immédiate de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs. Plusieurs prises de parole ont marqué ce rassemblement unitaire, en premier lieu celle du président local de la Libre Pensée en sa qualité d’animateur du collectif unitaire pour la libération de Louisa Hanoune, puis intervention commune de l’intersyndicale départementale CGT, FO, FSU, Solidaires prononcée par le secrétaire départemental de l’UD FO, de la Libre Pensée, de la Ligue des droits de l’Homme, d’Ensemble et du Parti de Gauche.

Ci-dessous l’intervention du représentant d’Ensemble!

« Le 29 mai dernier, 10 partis politiques algériens ont rendu publique une déclaration commune. Ils écrivent :

« Rien ne peut justifier le maintien en détention de Louisa Hanoune, responsable d’un parti politique ; c’est la première fois depuis la fin de la tragédie nationale qu’un premier responsable national d’un parti politique est incarcéré.

Le motif principal invoqué de son incarcération est celui de vouloir « changer le régime ». Changer le régime, c’est également notre position commune et c’est celle de l’écrasante majorité du peuple algérien.

L’incarcération de Louisa Hanoune est donc un avertissement et une menace pour tous ceux, responsables politiques ou citoyens, qui réclament le changement de régime….Nous exigeons le respect des libertés démocratiques et donc la libération de Louisa Hanoune ».

Nous avons fait et faisons notre cette déclaration commune.

Chers camarades

Depuis le 22 février 2019, au cri de « système dégage », les travailleuses et les travailleurs algériens, avec le mouvement étudiant en lutte, les jeunes et les femmes, manifestent chaque semaine dans d’impressionnants cortèges de millions de manifestants qui ont ébranlé le régime, chassé Bouteflika, imposé une relative ouverture démocratique et insufflé l’espoir d’un renouveau syndical et politique de la classe ouvrière.

Cette formidable mobilisation populaire traduit le ras le bol et le rejet d’une politique économique libérale au profit des patrons, des oligarques et des multinationales. Une politique libérale inspirée par le FMI, la Banque Mondiale et les exigences néolibérales de l’accord d’association avec l’UE et de l’adhésion à l’OMC.

Ces politiques libérales ont engendré une faillite économique, illustrée par la dépendance totale de l’Algérie vis-à-vis des hydrocarbures et le recours aux importations de la quasi-totalité des produits et équipements.

Elles ont produit un désastre social avec le chômage massif et chronique des jeunes, la généralisation de la précarité de l’emploi et l’effondrement des salaires et du pouvoir d’achat. Elles ont aussi amplifié les inégalités sociales, la corruption et le bradage des richesses du pays.

Pour imposer ces politiques antipopulaires, le régime de Bouteflika a recouru à l’autoritarisme et à la confiscation des libertés démocratiques et syndicales. Aujourd’hui, l’Etat major de l’armée qui dirige le pays entend poursuivre cette politique autoritaire et répressive pour que rien ne change, pour sauver le régime.

Nous, nous sommes aux côtés des travailleuses et travailleurs algériens, aux côtés des étudiants, des jeunes et des femmes algériennes, pour la défense des libertés démocratiques et syndicales, la liberté d’expression, d’organisation, de manifestation et le droit de grève et pour l’indépendance de classe des organisations ouvrières.

Aujourd’hui à Nantes, devant ce Consulat, nous sommes un maillon de la solidarité internationale des travailleurs et des peuples avec l’Algérie.

Vive la révolution algérienne !

Liberté immédiate pour la camarade Louisa Hanoune et pour tous les détenus politiques ».

Nantes le 20 juin 2019