Accueil / Féminisme / Nous  féministes,  nous  ne  pouvions  imaginer pire scénario

Nous  féministes,  nous  ne  pouvions  imaginer pire scénario

Remaniement  ministériel  :  Nous  féministes,  nous  ne  pouvions  imaginer   pire   scénario

3  ans  après  #Metoo,  le  gouvernement  nous  engage  sur  un  chemin  qui  nous  condamne  à  une  marche  à   rebours.

Bâtissez  votre  carrière  sur  l’acquittement  des  hommes  accusés  de  viol,  vous  serez  ministre  de   la   Justice   !

Eric  Dupond-Moretti  est  nommé  ministre  de  la  Justice.  Affaire  d’Outreau,  affaire  du  Carlton,  affaire Tron…  celui  que  l’on  surnommé  «  acquittator  »  est  de  tous  les  procès  pour  obtenir  l’acquittement  des  violeurs,  des  pédocriminels  et  des  proxénètes.  La  culture  du  viol  alimente  sa  plaidoirie,  il  accuse  les victimes  d’être  consentantes.  Niant  les  stratégies  des  violeurs,  les  mécanismes  d’emprise  et  les   rapports  de  pouvoir,  il  affirme  « à  30  ans,  on  n’est  plus  une  potiche  incapable  de  dire  non  ».  Contre  la  création  du  délit  d’outrage  sexiste,  il  déclare  que  « les  femmes  regrettent  de  ne  plus  être  sifflées  ».  Pour  lui,  des  hommes  accusés  de  proxénétisme  aggravé  dans  l’affaire  Carlton  sont  « des  copains  qui   s’offrent  du  bon  temps  » .  Loin  de  reconnaître  le  vécu  traumatique  des  violences  sexistes  et  sexuelles,   il  vocifère  à  l’encontre  des  plaignantes  de l’affaire  Tron  «  moi,  je  vous  sauterais  à  la  gorge  » .  Dans l’affaire  Outreau,  lors  du  contre-interrogatoire  des  enfants  victimes,  il  terrorise  une  enfant  de  7  ans  qui  a  uriné  sur  elle  de  peur.  Suite  au  procès  Outreau,  c’est  la  parole  des  enfants  victimes  de  viols  pédocriminels  qui  est  remise  en  cause  plus  largement,  et les  condamnations  pour  viol  chutent  de  40%  en  10  ans .  Aux  associations  féministes  qui  luttent  pour  l’égalité  entre  les  femmes  et  les  hommes  (l’AVFT),  il  assène  «  vous  préparez  un  curieux  mode  de  vie  aux  générations  futures  »  et  il  reprend  à  son   compte   les   rances   poncifs   qui   dénoncent   « l’hystérisation   du   débat   ». 

Soyez   accusé   de   viol,   vous   serez   1 er  flic   de   France   !

Gérald  Darmanin  est  nommé  ministre  de  l’Intérieur.  Le  1 er  flic  de  France  est  accusé  de  viols,  de harcèlement  sexuel  et  d’abus  de  confiance.  Le  parquet  a  annoncé  le  11  juin,  souhaiter  poursuivre  les investigations  !  L’affaire  est  en  cours  et  l’accusé  se  retrouve  en  position  d’avoir  à  orchestrer l’amélioration  de  l’accueil  et  l’accompagnement  des  femmes  victimes  de  violences  par  les             professionnel.le.s  de  police.  L’impunité  est  totale.  Même  la  série  Black  Mirror  n’aurait  pas  imaginé  une     telle   dystopie.

Si  les  femmes  ne  peuvent  avoir  confiance  ni  en  la  police,  ni  en  la  justice,  la  société  les  renvoie  au  silence  et  les  condamne  à  subir  les  violences  masculines  !  Cette  société  organise   alors   l’impunité   des   agresseurs. 

Aujourd’hui,  1%  des  violeurs  sont  condamnés,  76%  des  plaintes  pour  viol  sont  classées  sans  suite, 82%  des  victimes  de  viol  ont  mal  été  accueillies  lors  du  dépôt  de  plainte.  Nous  avons  besoin  d’un    gouvernement   irréprochable,   qui   montre   l’exemple   et   indique   la   direction.

Les  nominations  des  ministres  de  la  Justice  et  de  l’Intérieur  démasquent  le  masculinisme  de  la  classe   politique  dirigeante  et  le  mépris  envers  la  parole  des  victimes  et  les  droits  des  femmes. La  grande cause  du  quinquennat  n’a  jamais  été  plus  insultée,  méprisée  et  moquée.  Nous  exigeons  la démission  de  Darmanin  et  de  Dupond-Moretti,  et  nous  appelons  toutes  les  féministes  à  se mobiliser   !

PREMIÈRES   SIGNATAIRES   :

Jocelyne   Adriant–Mebtoul,   Présidente   de   La   CLEF
Bedriye   Ayol,   SkB
Marie-Noelle   Bas,   Présidente   des   Chiennes   de   Garde
Nadège   Beausson-Diagne,   Actrice   autrice   féministe
Gabriella   Bravo,   Collectif   féministe   contre   le   viol
Flor   Beltran,   Las   Rojas   femmes   latino-américaines
Helene   Bidard,   Elue   PCF   adjointe   à   la   maire   de   Paris   en   charge   de   l’égalité   Femmes
Hommes   et   de   la   jeunesse
Adelaide   Bon,   Autrice   et   féministe
Danielle   Bousquet,   Ancienne   présidente   du   Haut   Conseil   à   l’Egalité   entre   les   femmes   et   les
hommes
Laurence   Cohen,   Sénatrice   communiste
Typhaine   D,   Artiste   féministe
Claire   Dessaint,   Co-présidente   Femmes   pour   le   dire,   Femmes   pour   agir
Jocelyne   Fildard,   Co-presidente   CQFD   Lesbiennes   Feministes
Sandrine   Goldschmidt,   Présidente   de   Festival   Femmes   en   résistance
Mie   Kohiyama,   Présidente   de   l’association   MoiAussiAmnesie
Marie   Laguerre,   Militante   féministe
Stéphanie   Lamy,   Co-fondatrice   du   collectif   Abandon   de   Famille   –   Tolérance   Zéro!
Assemblée   Féministe   Toutes   en   Grève   31
Daniela   Levy,   Porte-parole   d’Osez   le   Féminisme   !
Nelly   Martin,   Marche   Mondiale   des   Femmes   France
On   Arrête   Toutes
Emmanuelle   Piet,   Présidente   du   Collectif   féministe   contre   le   viol
Céline   Piques,   Porte-parole   d’Osez   le   Féminisme   !
Mélissa   Plaza,   Championne   de   football
Lorraine   Questiaux,   Avocate   et   militante   féministe
Raphaelle   Remy-Leleu,   Conseillère   de   Paris
Caroline   Rebhi,   Co-présidente   du   planning   familial
Suzy   Rojtman,   Collectif   National   Droits   des   Femmes
Roselyne   Rollier,   Maison   des   Femmes   Thérese   Clerc   de   Montreuil
Sabine   Salmon,   Présidente   nationale   de   Femmes   solidaires
Muriel   Salmona,   Présidente   de   l’association   Mémoire   Traumatique   et   Victimologie
Judith   Trinquart,   Secrétaire   générale   Mémoire   Traumatique   et   Victimologie
Shirley   Wirden,   Conseillère   nationale   PCF

(possibilité   de   signer   ensuite   sur   Change.org)

A Nantes un rassemblement est appelé vendredi 10 juillet à 18h Place du Bouffay