Accueil / Politique / Retour sur les municipales (2) : Rezé… à gauche toute

Retour sur les municipales (2) : Rezé… à gauche toute

Rezé…à gauche toute

C’est le nom de l’association dans laquelle sont présent.es les militant.es d’ENSEMBLE!. C’est aussi le résultat du premier tour des élections municipales à Rezé, où le total des voix de gauche a dépassé les 75%. La faiblesse des droites LR et macroniste est impressionnante, surtout quand on se rappelle que la députée de la circonscription dont dépend Rezé fait partie de LREM. Avant le scrutin, la presse locale laissait entendre que la droite pourrait profiter des divisions à gauche. En effet, la majorité PS s’était divisée en fin de mandat sur des questions de gouvernance et d’autoritarisme du maire sortant, Gérard Allard. Celui-ci (20% des voix) était nettement devancé lors du premier tour par les dissidents de Rezé citoyenne (33%). Cette liste rassemblait à la fois des ancien.nes du PS, des militant.es de GénérationS, mais aussi des personnes intéressées par cette dynamique citoyenne de gauche et écologiste. EELV, pourtant peu présente sur la ville, obtenait 12%. Quant à RàGT (Rezé à Gauche Toute), les 9,6% étaient une déception en regard des 18% de 2014, mais il n’y avait alors que deux listes de gauche.

Les 15 et 16, des discussions étaient entamées en vue d’éventuelles fusions de deuxième tour. EELV, ne se satisfaisant pas des propositions de Rezé Citoyenne, allait voir Allard pour obtenir plus de postes. RàGT, dès avant le premier tour, s’était positionnée pour une fusion technique avec la liste de gauche arrivée en tête. D’où des discussions avec Rezé Citoyenne. La proposition de RàGT, discutée en amont dans les assemblées générales de l’association, était claire : une fusion technique, sans prise de responsabilités d’ajoint.es, en conservant notre indépendance. Conditions pas souvent acceptées ces dernières années, que ce soit par le PS ou le PC. Rezé Citoyenne se montrait d’accord avec notre demande. Puis, vinrent les semaines de confinement, où les élu.e.s de RàGT firent des propositions pour que la crise soit moins dure aux plus démuni.es.

Fin mai, dès l’annonce du scrutin en juin, les discussions reprirent. Allard et EELV fusionnèrent, le Maire sortant accordant aux Verts un nombre pléthorique de places éligibles et verdissant tout d’un coup son programme. Rezé à Gauche Toute fit accord avec Rezé Citoyenne, accord spécifiant que RàGT n’est pas dans la majorité et dispose d’un groupe autonome. Sur la profession de foi, un encart de RàGT était inséré, appelant à voter pour la liste fusionnée en parlant d’espoir de changement pour Rezé. En effet, si cet accord est technique, il implique aussi une certaine proximité politique. Le résultat du deuxième tour est une véritable déroute pour le Maire sortant et l’accord passé avec EELV (accord dénoncé par divers militant.es écologistes de la métropole nantaise, dont Julie Laernöes, persuadés à juste titre que c’était un accord contre nature). La liste Rezé Citoyenne – Rezè à Gauche Toute obtient 60% des voix, celle d’Allard 23% et la liste LREM, soutenue de fait par la droite LR, 17%.

C’est donc une nouvelle page de l’histoire de Rezé qui s’ouvre, une page citoyenne, de gauche et écologiste. Dont on peut espérer qu’elle saura impulser une autre pratique que celle du PS sortant. Les trois élu.es de Rezé à Gauche Toute, nouveaux/lle, seront les vigies de ce changement espéré. En toute indépendance. Pour que Rezé soit vraiment une ville écologiste et solidaire. C’est un bel enjeu pour les six ans à venir.

Robert Hirsch, 11 juillet 2020